381 La Potiche

Potiche est un film franco-belge de François Ozon sorti en 2010. Il s’agit d’une comédie de mœurs dont le thème principal est le sexisme c’est aussi un film historique, qui se déroule en 1977. Il est adapté de la pièce de théâtre homonyme de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy.

1977. Dans la petite ville fictive de Sainte-Gudule, située dans le Nord, près de Saint-Amand-les-Eaux, l’usine de parapluies Pujol-Michonneau est dirigée par un patron réactionnaire et misogyne, Monsieur Pujol (Fabrice Luchini), qui a épousé la fille Michonneau, Suzanne (Catherine Deneuve). Cette dernière, surnommée « la potiche » par sa propre fille, supporte sans broncher le mauvais caractère, les vexations et les infidélités de son mari, notamment la relation qu’il entretient avec sa secrétaire, Nadège (Karin Viard). Pujol est excédé par le climat social exécrable qui règne dans son usine. Le député-maire communiste de la ville, Maurice Babin (Gérard Depardieu) ne se prive pas de souffler sur les braises. Un jour les ouvriers déclenchent une grève sans préavis qui débouche sur la séquestration de Pujol. Il fait une grave attaque cardiaque. Dans l’attente de son rétablissement, sa potiche de femme décide, à la surprise générale, de prendre la direction de l’entreprise… Et, à la surprise générale, elle s’en tire plutôt bien…

  • Fiche technique
  • Titre : Potiche
  • Réalisation : François Ozon
  • Scénario : François Ozon, d’après la pièce de théâtre Potiche de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy
  • Musique : Michèle Torr, Baccara, Il était une fois, Catherine Ferry, Julio Iglesias, Johnny Hallyday, Bee Gees, Jean Ferrat
  • Budget : 11,31 millions d’euros
  • Lieu de tournage : Belgique (Bruxelles, Anderlecht, Limal, Laeken)
  • Genre : Comédie de mœurs, satire sociale, film historique
  • Durée : 103 minutes

Ozon revient à la comédie et le fait bien ! Potiche est jubilatoire !

L’argument : En 1977, dans une province de la bourgeoisie française, Suzanne Pujol est l’épouse popote et soumise d’un riche industriel Robert Pujol. Il dirige son usine de parapluies d’une main de fer et s’avère aussi désagréable et despote avec ses ouvriers qu’avec ses enfants et sa femme, qu’il prend pour une potiche. À la suite d’une grève et d’une séquestration de son mari, Suzanne se retrouve à la direction de l’usine et se révèle à la surprise générale une femme de tête et d’action. Mais lorsque Robert rentre d’une cure de repos en pleine forme, tout se complique…

Notre avis : Après quelques œuvres mineures, pour la plupart marquées par l’insuccès commercial, Ozon reprend sa carrière en main et il le fait bien ! Exit le drame (Angel, Ricky et Le refuge), le cinéaste est d’humeur taquine comme dans les années 90 où il révéla son inclination pour le trash, mais surtout comme dans Huit femmes, pour mémoire le plus gros « hit » de sa carrière. Il est d’ailleurs ici impossible de ne pas voir en Potiche une sorte de Huit Femmes bis. Son dernier film est effectivement l’adaptation d’une pièce de boulevard ; on y retrouve une avenue de stars (dont Deneuve, pont direct entre les deux œuvres) ; la mise en scène est délicieusement kitsch ; les dialogues font mouche à chaque fois ; c’est cocasse ; légèrement « bitchy » ; souvent irrévérencieux sans jamais être vulgaire ! Du Ozon trait pour trait….
Comme son illustre prédecesseur, Potiche a été réalisé par un cinéaste folâtre, amoureux des comédies de caractère habitées par des personnalités fortes, et surtout ce nouveau blockbuster exigeant de la comédie française a été mis en scène par un amoureux de rencontres cinématographiques hors normes. Ozon réunit un casting royal avec des seconds rôles succulents (Godrèche en garce du libéralisme ; Karin Viard en secrétaire aux gros seins éperdument amoureuse de son patron…) et une tête d’affiche tout simplement énorme, notamment Fabrice Luchini hilarant en chef d’entreprise et en époux odieux !
Mais au milieu de toutes ces rencontres cinématographiques, ce sont les retrouvailles entre Ozon et Deneuve, qui fut il y a près de dix ans l’une de ses “8 femmes”, qui s’avèrent les plus délicieuses. Le cinéaste fait montre à chaque instant de l’admiration qu’il porte à la comédienne. L’hommage qu’il lui rend consiste notamment à la replonger dans les années 70, cette décennie de libération de la femme où la comédienne était un authentique symbole de féminité et une image sexuée de femme forte.
Deneuve à contre-emploi incarne ici la « potiche » bourgeoise des années 70, épouse de grand patron gentillette à qui l’on ne demande jamais son avis, son rôle se réduisant à être présente à la maison au retour de Monsieur. Son ascension à la tête de l’entreprise lorsque son mari hyperactif doit se remettre d’une double attaque, fait naître en elle un désir de revendications insoupçonnées. Elle se fait alors le chantre de ses propres frustrations, des revendications sociales de ses employés, des droits de la femme (notamment celui à l’avortement et au travail), et, loin d’être une coincée de l’entrecuisse, elle cautionne même la libération des mœurs, contestant le conservatisme irascible de son époux. La femme charismatique qu’elle incarne devient politique (elle se présente même aux législatives) ; elle rappelle immédiatement l’ascension récente de Ségolène Royale vers des ambitions présidentielles.
Deneuve excelle dans un rôle plus complexe que ce qu’il laisse paraître au premier abord, jouant ironiquement avec les apparences, celle de la femme au foyer godiche qui n’aurait d’avis sur rien. Elle s’amuse dans une reconstitution des années 70 plus vraie que nature au ton d’une émission de télé hilarante de misogynie pour ménagères de l’époque.


Manipulée manipulatrice, fausse ingénue, la star est surtout révélatrice d’une grande nostalgie partagée par tous, cinéaste et spectateurs réunis, à l’égard de l’actrice immense qu’elle a pu être dans sa jeunesse. En la plaçant à la tête d’une usine de parapluies, Ozon fait un clin d’œil magique aux Parapluies de Cherbourg (1963) ; quant au face à face entre l’actrice et Gérard Depardieu, il renvoie encore une fois à tout un pan monumental de notre patrimoine cinématographique, et distille pour les plus cinéphiles d’entre nous une vraie émotion. Depardieu en syndicaliste communiste est moins démesuré qu’attendrissant dans sa relation avec la femme du grand patron qu’elle interprète. Le comédien, forcément grandiose en homme de tempérament de gauche – aussi contradictoire que cela puisse être avec ses dérapages récents dans les médias – est encore une fois vertigineux. Ensemble, ils irradient l’écran ; les stars complices offrent ainsi dans leur réunion les meilleurs moments d’un métrage où pourtant le rythme comique ne faiblit jamais.
Le star système un peu papier glacé que le cinéaste place sur un piédestal n’est évidemment pas très loin de sa démarche artistique dans Huit femmes où l’on ressentait le même besoin d’idéaliser les idoles (Fanny Ardant, Emmanuelle Béart…). Mais que les mauvaises langues baissent leurs armes. Grand auteur qu’il est, Ozon est bien trop fin pour dupliquer ses réussites d’antan et exploiter des filons faciles. Cette fois-ci la démarche du réalisateur de Gouttes d’eau sur pierres brûlantes dépasse le cadre étroit de la simple comédie pour se charger d’un riche contexte historico-social. Ozon resitue l’action dans une décennie politique certes datée, mais inextricablement reliée à nos préoccupations contemporaines. Et il le fait sans manichéisme primaire ou méchanceté gratuite ! En période de grogne sociale et de manifestations contre la réforme des retraites, Potiche et ses salariés lésés qui se révoltent contre leur direction ne pouvait pas mieux tomber. Son sous-texte sarcastique à l’égard des délocalisations et du dégraissage de personnel prend une valeur inestimable. Si l’auteur ne définit pas son film comme un authentique manifeste politique, derrière l’habillage de comédie rose acidulée, il traite bien de considérations complexes, avec une certaine ironie sur les rapports ambigus entre la Gauche et la Droite (la “potiche” couronnée de succès n’est-elle pas elle-même un pur paradoxe politique ?).
Cette profondeur manquait sûrement à la comédie policière Huit femmes, qui s’assumait en son temps entièrement comme une œuvre légère, plus sulfureuse et glamour qu’engagée ! En 2010 Ozon, fort d’une décennie d’oeuvres dramatiques souvent intenses (Sous le sable, 5X2) a évolué vers plus de maturité. Et son irrésistible Potiche, aussi déjanté soit-il, en atteste remarquablement.

Distribution

  •     Catherine Deneuve : Suzanne Pujol
  •     Gérard Depardieu : Maurice Babin
  •     Fabrice Luchini : Robert Pujol
  •     Karin Viard : Nadège
  •     Judith Godrèche : Joëlle
  •     Jérémie Renier : Laurent Pujol
  •     Sergi López : le routier espagnol
  •     Évelyne Dandry : Geneviève Michonneau
  •     Bruno Lochet : André
  •     Élodie Frégé : Suzanne Pujol jeune
  •     Gautier About : Maurice Babin jeune
  •     Jean-Baptiste Shelmerdine : Robert Pujol jeune
  •     Jean-Louis Leclercq : le médecin
  •     Vincent Collin : le journaliste d’Europe 1
  •     Martin De Myttenaere : Stanislas

Le Canard enchaîné, dans son édition du , classe le film dans sa rubrique « Les films qu’on peut voir cette semaine ». D’une façon générale, les médias l’ont conseillé à leurs lecteurs, ils ont été sensibles à l’humour de François Ozon. Allociné indique une note moyenne de 3,9 sur 5 pour 25 critiques recensées. Certains cependant ont boudé leur plaisir. La Croix, par exemple — qui titre sa chronique « Potiche, un film cruche » — a trouvé « cet exercice balourd » et écrit : « Rien n’est vraiment drôle. Les effets comiques tombent à plat. On est gêné par ce rire, tellement sollicité, qui ne vient pas nous libérer… ». Il est vrai qu’on est loin du 8 Femmes d’Ozon et de ses répliques finement ciselées. Mais la majorité des critiques estiment que cette « balourdise » est voulue et maitrisée par l’auteur. Le Canard enchaîné nous dit que « tout est surjoué, et assumé aussi ».

Avec 2,3 millions d’entrées en France, Potiche est un petit succès. Sur le plan mondial, il rapporte 28,8 millions de dollars à ses producteurs. Il leur en avait coûté 12,5 millions environ, ce qui fait un taux de rentabilité de 230 %

 

Autour du film

  • François Ozon a émaillé son film de références à des situations et des personnalités politiques françaises des années 2010. Les propos de Monsieur Pujol sur la nécessité de « Travailler plus pour gagner plus », reprennent le slogan de Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2007. Le même Pujol s’exclame également « Casse-toi, pauv’ con ! ». Madame Pujol en tailleur blanc lançant dans son discours de campagne législative un appel à la fraternité, évoque inévitablement Ségolène Royalet et son « Rassemblement pour la fraternité » de septembre 2008. Autre allusion à cette dernière, la visite par Madame Pujol de la fromagerie « Chabrechou », parodie de la visite de la candidate socialiste à la fromagerie Chabichou en août 2008. Pendant sa visite, la très BCBG Madame Pujol, se voit affublée, comme la politicienne charento-poitevine, d’une coiffe «traditionnelle» particulièrement grotesque rappelant celle de Bécassine.
  • L’action du film se déroule dans le département du Nord. Les plaques d’immatriculation des voitures que l’on y voit portent toutes des plaques 59 et les références au Nord, notamment à Lille et à Saint-Amand, sont nombreuses. Néanmoins le tournage a été entièrement réalisé en Belgique (en 2009).
  • On aperçoit plusieurs fois la caméra dans le film : dans la boucle de ceinture dorée de Nadège au début du film, dans les vitres des voitures et plus particulièrement lorsque Mme Pujol se fait larguer en rase campagne. Enfin, lorsque M. Babin fait un créneau, on peut voir alors l’équipe technique ainsi que de la lumière rouge dans les reflets des vitres.
  • Petit anachronisme, la chanson Emmène-moi danser ce soir, fredonnée par Madame Pujol au début du film, interprétée par Michelle Torr date de 1978 or l’histoire commence en mi-1977.
  • Bernard Giraudeau avait été initialement pressenti durant l’été 2009 pour jouer le rôle de Robert Pujol.

Critikat.com

par Sarah Elkaïm

Ozon se joue des clichés. Il s’amuse du kitsch qui inonde son film de bout en bout, voire en rajoute une couche en faisant appel à l’attirail du feuilleton lorgnant presque vers la comédie musicale.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Le Parisien

par Marie Sauvion

Malin, Ozon joue sur les deux tableaux, la reconstitution d’époque, vraiment drôle, et les résonances avec la France d’aujourd’hui.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Le Point

par François-Guillaume Lorrain

Voir la critique sur Le Point.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

Les Inrockuptibles

par Emily Barnett

(…) non seulement une comédie alerte résonnant avec l’air du temps, mais un sublime manifeste féministe, s’ajoutant à tous ceux déjà réalisés par Ozon.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Metro

par Rania Hoballah

(…) Comédie réjouissante emmenée par une Catherine Deneuve hilarante en quiche des années 1970. Ne pas passer à côté.

La critique complète est disponible sur le site Metro

Télé 7 Jours

par Julien Barcilon

A dessein, l’ensemble a parfois des allures de théâtre filmé : bienvenue au spectacle.

La critique complète est disponible sur le site Télé 7 Jours

20 Minutes

par Caroline Vié

Dans “Potiche” le réalisateur plonge une pléiade de comédiens (…) dans une bataille des classes et des sexes en mode rétro années 1970. Le résultat est savoureux.

La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

Elle

par Florence Ben Sadoun

(…) c’est déroutant de drôlerie et de tendresse !

La critique complète est disponible sur le site Elle

Excessif

par Romain Le Vern

Réussir une comédie n’est pas facile. Ozon a réussi.

La critique complète est disponible sur le site Excessif

Le Figaroscope

par Jean-Luc Wachthausen

Une réjouissante fantaisie boulevardière.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Le Journal du Dimanche

par Danielle Attali

Voilà la comédie française la plus drôle et audacieuse de l’année.

La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

Le Monde

par Thomas Sotinel

“Potiche”, le film, reste une farce, bouffonne et alerte.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

L’Humanité

par Jean Roy

Une pincée d’émancipation féminine, une autre de brocard du monde politique, le tour est joué.

La critique complète est disponible sur le site L’Humanité

Marianne

par Danièle Heymann

Outre ses qualités de bonne et salubre comédie, la valeur ajoutée de “Potiche” réside dans le parfum de nostalgie à la fois intense et léger que le film dégage.

La critique complète est disponible sur le site Marianne

Ouest France

par La rédaction

François Ozon très en verve cisèle des échanges dialogués d’une jouissive ironie, sans jamais insister ni forcer la mesure.

Paris Match

par Alain Spira

(…) Pétillante et hilarante adaptation d’une pièce de boulevard.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Positif

par Pierre Eisenreich

“Potiche” affirme une nouvelle fois le talent de François Ozon pour filmer le théâtre.

La critique complète est disponible sur le site Positif

Première

par Bernard Achour

D’abord vaudeville rétro, puis satire de notre présent à tous, “Potiche” se transforme peu à peu en une utopie futuriste dont Aragon et Ferrat eux-mêmes auraient pu s’emparer, sur le mode “Le femme est l’avenir de la France”.

La critique complète est disponible sur le site Première

TéléCinéObs

par Lucie Calet

(…) Comédie joyeuse sur le ” maternalisme ” et l’émancipation (…) émaillé de morceaux de bravoure, qui devrait faire ” quelques ” entrées.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

Télérama

par Louis Guichard

Un brin mélo, un rien disco, parfois un peu slow, le film déploie une quantité insoupçonnée de tonalités.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Libération

par Olivier Séguret

Si cette “Potiche” tient plutôt fièrement debout, on le doit au meilleur talent d’Ozon, toujours aussi judicieux et précis quand il s’agit de choisir et diriger des acteurs.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Studio Ciné Live

par Thierry Cheze

Voir le site Studio Ciné Live

La critique complète est disponible sur le site Studio Ciné Live

Cahiers du Cinéma

par Charlotte Garson

Agréable mais guère subversif.

La Croix

par Jean-Claude Raspiengeas

Rien n’est vraiment drôle. Les effets comiques tombent à plat. On est gêné par ce rire, tellement sollicité, qui ne vient pas nous libérer de tant souffrir face à cet exercice balourd, comédie sans grand intérêt, qui se pare de l’alibi du féminisme et autres tartes à la crème idéologiques pour se légitimer.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Chronic’art.com

par Guillaume Loison

Voilà en somme, l’unique inconscient de” Potiche” : filmer le rêve éveillé de Dominique Besnehard, faire se rencontrer les stars, les déguiser comme dans les shows des Carpentier.

La critique complète est disponible sur le site Chronic’art.com