475, Templiers, 9

Templiers-line-up

Le Plan

Rappel sur les templiers (clic)

Personnages(clic)

  • Fren 475, Templiers, 1
    Chapitre 1. La Chute
    Au cours du premier chapitre, nous nous familiarisons avec l’histoire des Templiers et les personnages. A Paris, en 1307, le jour des funérailles de la belle soeur du Roi Philippe Le Bel, Martin notre Templier aperçoit Isabelle de Chalençon au balcon et son amour pour elle se ravive. Il veut la revoir et lui parler. Après un repas au Temple pendant lequel Martin a beaucoup bu, deux de ses frères Templiers, Von Berg et Odo, l’aident à s’esquiver pour rejoindre Isabelle. Pendant qu’ils sortent cette nuit là, ils remarquent un convoi de 3 chariots de paille qui s’enfuit vers le Nord.Les deux  compères de Martin, à son insu pendant qu’il est abasourdi par une chute, kidnappent  Isabelle,volent une charrette de boulanger et prennent la fuite. Martin et la belle Isabelle essayent de s’expliquer leurs aventures mais sont bientôt rattrapés par les soldats du Roi. La course poursuite se termine avec un accident qui permet aux soldats de retrouver Isabelle et qui projette les Templiers dans la Seine. Ils réussissent ainsi à échapper aux gardes et retournent vers le Temple.C’est à leur retour au Temple à l’aube du vendredi 13 mai 1307, qu’ils assistent à distance à l’arrestation de tous les Templiers présents. C’est leur escapade nocturne qui les a sauvé. Ils se séparent au cimetière des innocents. (Audrey)


     

  • Fren 475, Templiers, 2
    Chapitre 2. “J’ai dit toute la vérité”
    Martin et ses deux frères Templiers comprennent le stratagème du Roi Philippe Le Bel et la raison pour laquelle les Templiers se sont fait arrêtés, en assistant un un discours de Guillaume de Nogaret. Pensant trouver de l’aide il va retrouver un ancien ami, le frère Thomas mais le frère le trahi et il se fait arrêter par les soldats du Roi.
    Parallèlement, le convoi des chariots de foin tombe dans une embuscade de la garde royale et Isabelle, qui rend visite à son frère Gilles Aycelin,  apprend que ce dernier a été choisi par le Pape pour diriger l’enquête et le jugement des Templiers. Nogaret est toujours à la recherche du trésor et essaie de comprendre vers où s’est dirigé le convoi -quelque part vers le Nord. Il doit en même temps, expliquer les actions du Roi à deux Cardinaux du Pape et garantir la restitution du trésor à l’Église. Arrêté et amené au Temple, Martin se fait alors interroger et est forcé à faire des aveux ; il réussit néanmoins à s’échapper lors de son transfert et tente de retrouver ses compères au point de rendez-vous du Cimetière des innoncents. (Audrey)


  • Fren 475, Templiers, 3
    Chapitre 3. Le Secret
    Pendant que Devoet est toujours sur la piste du trésor, de Villiers et de Chalons, Martin, lui, fait une rencontre inattendue alors qu’il défend un inconnu se volant piller. La bande de voleurs n’est autre qu’un ancien Templier, Bernard, accompagné de quelques bandits. Bernard arrange la rencontre soi-disant accidentelle entre Martin et un nouveau personnage, le Frère Dominique, qui se présente aussi comme un ancien Templier. Frère Dominique montre alors à Martin la lettre retrouvé dans l’habit des Templiers. La lettre révèle la cachette secrète du trésor, qui serait en fait dans un caveau de la tour du Temple. Bernard et Frère Dominique réussissent à convaincre Martin de repartir pour Paris et de retrouver le trésor. (Audrey)


  • Fren 475, Templiers, 4Chapitre 4. La Forteresse
  • Martin, Bernard et Frère Dominique arrivent à Paris et essayent de déchiffrer la carte au Trésor. Le bout manquant indique où se trouve la clé du caveau qui en lui-même ne devrait pas être difficile à trouver. Martin pense au vieux Jehan le Provençal qui connaît les sous -terrains du Temple par coeur, seulement il ne sait pas dans quelle prison le vieux Templier est détenu. Il demande de l’aide à Isabelle pour obtenir des informations sur le procès et l’endroit où se trouve Jehan. Elle découvre en interrogeant son Frère qu’il est détenu au Châtelet.
    Devoet est toujours à la recherche des trois compères mais ces derniers réussissent à échapper au contrôle des hommes du Roi grâce à un personnage mystérieux qui apparaît plusieurs fois suivant Martin en cachette. (Audrey)


     

  • Fren 475, Templiers, 5
  •  Chapitre 5. Les innocents

p.405 Paris comme un bateau

Templiers Chapitre IX_Page_405

P.407

Templiers Chapitre IX_Page_407

P.411

Templiers Chapitre IX_Page_411

P.420 Le blason de Paris

Templiers Chapitre IX_Page_420

Le blason de Paris

Le navire représenté est le symbole de la puissante corporation des Nautes ou des Marchands de l’eau, très importante dans la ville durant l’Antiquité. La devise de la ville, « Fluctuat nec mergitur » (« Est battu par les flots mais jamais ne sombre »), est également une référence à ce bateau.

Les Nautes : Les nautes de Lutèce constituèrent la confrérie des nautes, armateurs mariniers gaulois, de la tribu des Parisii.

Image illustrative de l’article Blason de Paris

Dans ses ornements extérieurs, il comporte également les décorations que la ville a été autorisée à faire figurer dans ses armoiries1 : la Légion d’honneur (décret du 9 octobre 1900), la croix de Guerre 1914-1918 (décret du 28 juillet 1919) et la croix de la Libération (décret du 24 mars 1945). Il est surmonté d’une couronne murale d’or à cinq tours, et encadré à sénestre d’une branche de chêne et à dextre d’une de laurier. La devise est classiquement inscrite en dessous.

 

 

Une nef, ou un vaisseau, paraissent avoir été de tout temps le symbole de la corporation des marchands de l’eau, qui donna ensuite naissance à la municipalité de Paris. On a même pu faire remonter ce symbole aux nautes de Lutèce dès l’époque gallo-romaine, même si sa forme n’a pas toujours été la même. Une première mention d’armoiries de Paris apparaît dès 1190 lorsque Philippe Auguste, au moment de son départ pour la Terre sainte, donne pour premières armoiries à la ville de Paris2 « un écu dont le champ était de gueules, à la nef d’argent, au chef d’azur, semé de fleurs de lys d’or »

Le rouge était la couleur de l’oriflamme de Saint Denis, un étendard des rois de France en temps de guerre et qui symbolise le sang du martyr, alors que le bleu adopté par Philippe Auguste est une couleur rare et chère portée par la Vierge Marie. C’est Saint Louis qui reconnut pour la première fois officiellement le sceau de Paris.

 

p.452 on a pas peur de la mort

Templiers Chapitre IX_Page_452

 

P.462 Devenir Chevalier

Templiers Chapitre IX_Page_462

p.473 le symbole des Templiers

Templiers Chapitre IX_Page_473

Le procès…

Templiers Chapitre IX_Page_474

 

Quiz

quels sont les éléments que vous avez retenus qui sont en rapport avec votre thème de final ?

Pièces des Templiers

et cadeau les clés