380, Réflexion 2019, 21

📑 Jeudi 31 octobre, jour 21

📌 Virelangue

Vr9

📌 Expression du jour

Ex27

 

📌 Evidences, L’amitié

p.111-132

📌 En classe

  • évidences l’amitié

  • Les valeurs France – Amériques
  • Sondage amitié au travail réseaux sociaux
  • 93% des personnes interrogées estiment qu’on se fait souvent ou parfois des amis parmi les collègues de travail.

    L’INFO. Plus de neuf Français sur dix pensent que des amitiés peuvent naître au travail parmi les collègues, mais moins de la moitié envisage cette possibilité avec les chefs, selon un sondage OpinionWay pour les éditions Tissot rendu public mardi. Selon l’étude, 93% des personnes interrogées estiment qu’on se fait souvent ou parfois des amis parmi les collègues de travail. Mais ils ne sont que 43% à dire de même lorsqu’il s’agit des supérieurs hiérarchiques. Et ils jugent même plus probable de nouer des relations d’amitié avec des clients (65%) ou avec des fournisseurs (64%).

    Des moments propices. Les situations les plus favorables pour se faire des amis au travail sont les pauses café, cigarettes, les déjeuners ou les pots (74%), avant le fait de se voir en dehors du travail (64%) et d’avoir dans son équipe des personnes du même âge (39%), plusieurs réponses étant possibles. Les difficultés de l’entreprise sont aussi citées comme facteur favorisant l’amitié par 18% des sondés et l’open-space par 10%.

    Méfiance vis-à-vis des chefs. Par ailleurs, 63% des sondés indiquent qu’ils seraient prêts à accepter une demande d’amitié sur un réseau social comme Facebook émanant d’un collègue et 22% d’un chef.

    De l’entreprise aux réseaux sociaux l’amitié n’a plus le même sens 

    Surprenant, 63 % des sondés accepteraient d’être demandé comme ami sur des réseaux sociaux dits « personnels » (type Facebook, Copain d’avant) par un collègue alors qu’ils ne sont que 54 % sur les réseaux sociaux professionnels de type Viadeo ou Linkedin.

    Comme on pourrait le penser, seul 28 % des sondés recevraient favorablement la demande d’ami d’un client sur un réseau personnel, 27 % d’un fournisseur, et 22 % de leur chef hiérarchique. Ils sont légèrement plus nombreux à accueillir de telles demandes sur les réseaux professionnels (32 % pour leurs clients ou leurs fournisseurs et 28 % pour leur supérieur hiérarchique).

    On constate que la tranche d’âge des 18-24 ans semble plus ouverte à ce type de mise en relation puisque 47 % accepteraient les demandes de leurs clients et 53 % celles faites par leurs fournisseurs.

    Il ne faut pas oublier que les salariés doivent se méfier des propos injurieux postés sur le mur d’un ami qui est « public » ou qui a beaucoup d’amis (cour d’appel de Besançon, 15 novembre 2011). On quitte alors la sphère privée et le licenciement peut être justifié. Par exemple, une surveillante a été licenciée pour faute grave pour avoir tenu des propos dénigrant son établissement et incité les élèves à tricher pendant un examen sur son mur public Facebook (cour d’appel de Lyon, 22 novembre 2012).

Réflexion le cas d’étude

380, Final, Instructions

Attention à être précis.e

 

Améliorez l’étape 2 (respectez le format des citations)
Ajoutez une question, une spatialisation et un cas d’étude

2) Etape 2 (1er novembre)

2) PrénomNomEtape2.doc (deadline 1er novembre  17 heures)

  • Thème général :
    La grève de la fonction publique en France
  • Sources bibliographique : (au moins 5 titres articles, livres ou films)
    Format pour un livre : Carozzi Claude, Le voyage de l’âme dans l’au-delà d’après la littérature latine, PEFR, Rome, 1994. (small caps pour le nom de famille)
    Format pour un article : Bourdier, Juliette, « La matière d’Enfer, senefiance syncrétique et polyphonie littéraire », Matières à débat, la notion de matière littéraire dans la littérature médiévale, Presses Universitaires de Rennes, (2017): 255-273.
    Format pour un article internet : Bourdier, Juliette, « Du mot à l’image », Textimage, 2018.  « « https://www.revue-textimage.com/16_varia_6/bourdier1.html.
    Format pour un film : Francis Weber, Le Placard, 2001.
  • Un sujet : (c’est-à-dire un sujet d’étude ainsi qu’un angle d’étude )
    Mon sujet : La grève de la SNCF pendant l’été 2018
    Mon angle : Je m’intéresse à la perception de la grève par les Français, la façon dont on en parlait dans les médias, la façon dont le gouvernement a réagi, l’acceptation et le ras-le-bol des Français.
  • Une question : (c’est à dire quelle va être la motivation de votre article)
    La question doit être argumentative et absolument pas descriptive
    Ma question : Est-il toujours utile/efficace de se mettre en grève en France en 2018 compte tenu des nouveaux défis de la globalisation ? Le parti pris de la tradition révolutionnaire français.
  • Une spatialisation : c’est à dire le contexte de votre étude (qui, quand, où, et.) quel est l’environnement du corpus de votre étude. Vous devez donner un cas d’étude précis
    Ma spatialisation, Il s’agira ici de mettre en relation les avancées sociales, le pouvoir des syndicats (pourtant très minoritaires) et l’utilisation de la grève qui autrefois s’attaquait au patron et tend maintenant à s’attaquer au gouvernement. Il semble que la grève soit devenue un mode de communication des fonctionnaires. Il s’agira d’analyser l’efficacité de cette grève en terme de résultats sociaux et de comprendre l’attachement des Français pour cette forme de vote.
  • Un cas d’étude:J’utiliserai comme cas d’étude la grève perlée d’avril-juin 2018 à la SNCF.

 

📌 Vidéo du jour